L'Actualité Nouvelle-Aquitaine

Espace des archives de L'Actualité Nouvelle-Aquitaine depuis sa création.
Rejoignez le site de la revue pour consulter les nouveautés, vous abonner ou acheter des numéros.

ÉDITORIAL - La recherche au CNRS et la dimension régionale. L'intérêt croissant porté à la recherche par les collectivités territoriales est un des faits marquants des années 80 et pratiquement la conséquence des lois de décentralisation. Les instances régionales (EPR puis conseils régionaux) ont été les premières à investir dans un soutien à la recherche envisagé le plus souvent comme une composante de leur politique de développement économique, social et culturel. Dans de nombreuses régions, les autres collectivités (départements, villes) ont suivi ce mouvement notamment, dans le cadre des contrats de plan Etat-Région. On peut ainsi aujourd'hui parler de politique régionale de la recherche, laquelle est souvent étroitement associée au développement de l'enseignement supérieur. Si, dans une phase initiale, les investissements ont été faits principalement là où des retombées socio-économiques régionales étaient attendues, une évolution est observée qui tend à définir des actions plus structurantes favorisant les synergies entre laboratoires et l'émergence de pôles de compétence, d'axes prioritaires ou de pôles technologiques. Dans le même temps, l'affirmation de la dimension régionale dans le schéma stratégique du CNRS a créé le cadre qui doit favoriser la mise en cohérence de la politique régionale et de celle du CNRS. Dans ce contexte, quelles sont les perspectives qui s'offrent aux régions et plus particulièrement au Poitou-Charentes en matière de développement du potentiel de recherche, concentré comme on sait en Ile-de-France ? La décision stratégique de rééquilibrer ce potentiel s'exprime par un principe mis en oeuvre dès 1991 : dorénavant, pour tois laboratoires ou trois postes de chercheurs créés, deux le seront en région contre un en Ile-de-France. Ce redéploiement des moyens ne peut être réussi que s'il entraîne un renforcement localisé de compétences préexistantes et attractives ou accompagne un soutien concerté à de nouvelles équipes en émergence dont la qualité des recherches est reconnue. Pour assurer le succès de ce projet il faut compter sur la capacité et le dynamisme des labos pour accueillir de nouveaux chercheurs. Il faut ausi compter sur les infrastructures nouvelles qui devraient permettre d'offrir des conditions favorables à l'essaimage d'équipes venant d'autres laboratoires et notamment d'Ile-de-France. Christian Brochet